Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le.blog.catholique.de.Véronique (Blog personnel)

Notre Dame de Paris - Les opérations de dépose de l’échafaudage sinistré

30 Novembre 2020, 10:58am

Publié par Véronique

Le démontage de l’échafaudage sinistré de la cathédrale vient de s’achever ! La menace que représentait cet échafaudage pour la cathédrale est désormais levée. L’ensemble des échafaudeurs, cordistes, nacellistes et grutiers ont travaillé sans relâche pour mener à bien cette opération sous la conduite de l’établissement public chargé de la restauration de Notre-Dame de Paris, et des architectes en chef des monuments historiques

Voir les commentaires

L'Adoration

29 Novembre 2020, 18:28pm

Publié par Véronique

L'Adoration suffit à elle-même. Le Christ est là, présent sur l'autel. Il se rend disponible, rien ne nous manque, nous avons tout en Lui. Les mots sont inutiles. La présence et l'amour suffisent, et ce qu'ils nous offrent nous comble. Nous avons tout dans le Christ, Il nous l'offre naturellement, humblement et en abondance. Le monde ne nous offre rien de cela. Nous devrions courir Adorer Jésus dans le Saint Sacrement de l'Autel, là nous sommes comblés, et recevons ce dont nous avons besoin. Rien d'autre n'a d'importance que cette vérité, cette beauté et cette puissance. Comment l'entendement peut expliquer ce qui se passe réellement. Cela nous dépasse.

Véronique (29/11/2020)

Voir les commentaires

L'Adoration - Nous brillons avec le Christ et par Lui.

29 Novembre 2020, 18:24pm

Publié par Véronique

Dans l'Adoration, Jésus, en toute sa puissance et toute sa merveille, brille de ce qu'Il est naturellement. Notre âme qui Le regarde, brille également naturellement de tout ce qu'elle est, puisqu'elle est à l'image de Dieu et à sa ressemblance. C'est beau, puissant, vivant, naturellement, dans la véritable humilité.

Véronique (29/11/2020)

Voir les commentaires

L'importance et la puissance de notre prière - Ce matin, pendant la messe - Témoignage.

29 Novembre 2020, 15:57pm

Publié par Véronique

Ce dimanche matin, pendant la messe, arrive le moment de l'encensement puis de la prière Eucharistique, puis de l'élévation.

Cela a commencé à l'encensement, deux rangs derrière moi, un homme a commencé à pousser des gémissements en disant notamment "sorciers...". J'ai commencé à prier : "Que tout esprit loue le Seigneur...". Le monsieur s'est calmé. Après l’encensement arrivait la prière Eucharistique où il s'agitait davantage par ses paroles et son corps. Je continuais à prier quand même. Dès lors que je priais, cela avait l'air d'agir. Il me semble. Au moment de l'élévation du corps du Christ, ce monsieur était de plus en plus énervé, les mots l'étaient tout autant, jusqu'aux cris. Le pire était au moment de l'élévation du Calice où se trouvait le Sang Précieux de Jésus. Ma prière était de plus en plus profonde, dans un cœur à cœur avec Jésus de plus en plus intense, aussi, je Lui disais que j’immergeais ce monsieur dans son Sang Précieux... alors, tout se déchaînait.

Le monsieur a fini par partir et à aller à l'autel de la Vierge Marie.

A la fin de la messe, une connaissance vient échanger quelques mots fraternels. Nous évoquons ce qui s'est passé et cette connaissance m'a dit avoir prié son ange gardien.

Cette histoire me fait réaliser l'importance et la puissance de notre prière, et surtout que la messe c'est puissant.

Alors prions et allons à la messe !

Fraternellement

Véronique (29/11/2020)

 

Voir les commentaires

Le Conseil d’État donne raison aux évêques - Communiqué du diocèse de Paris - Au sujet de la décision du Conseil d’État concernant la reprise des célébrations publiques

29 Novembre 2020, 12:20pm

Publié par Véronique

Par décision de référé-liberté de ce dimanche 29 novembre 2020, le Conseil d’État a jugé que la limitation à 30 personnes de la participation aux célébrations publiques du culte présente « un caractère disproportionné au regard de l’objectif de préservation de la santé publique et constitue ainsi, eu égard au caractère essentiel de la composante en cause de la liberté de culte, une atteinte grave et manifestement illégale à cette dernière ».

La haute juridiction administrative, gardienne des libertés fondamentales, a considéré que l’état sanitaire ne justifiait plus une interdiction des célébrations religieuses en public et que la limitation à 30 personnes n’était pas justifiée car non proportionnée à la dimension des lieux de culte.

Dès lors, les messes vont pouvoir être célébrées sans limitation à 30 personnes, dans le respect des gestes barrières et des distances de sécurité, en tenant compte de la capacité d’accueil de chaque église, ainsi que cela avait été proposé par la Conférence des Évêques de France et en particulier par le diocèse de Paris depuis plusieurs semaines.

Monseigneur Michel Aupetit, qui a exercé le recours devant le Conseil d’État au côté de la Conférence des Évêque de France, se réjouit que soit ainsi reconnu en justice le caractère manifestement illégal de la décision qui avait été prise par le gouvernement, au mépris de la concertation intervenue.

SOURCE

Voir les commentaires

« S’il te plaît Marie » : Mgr Aupetit invite aussi à illuminer Paris le 8 décembre

28 Novembre 2020, 22:25pm

Publié par Véronique

« S’il te plaît Marie » : Mgr Aupetit invite aussi à illuminer Paris le 8 décembre

A trois jours du début de la neuvaine, l’initiative lyonnaise pour demander à la Vierge la fin de la pandémie dépasse largement les portes de la ville des Lumières.

Au traditionnel « Merci Marie » du 8 décembre vient se greffer cette année une grande supplique lancée par une paroisse lyonnaise baptisée « S’il te plaît Marie », invitant à réciter une neuvaine pour demander la fin de l’épidémie et à déposer des lumignons aux fenêtres le soir de la fête de l’Immaculée Conception. Une initiative portée à l’origine par une poignée de paroissiens de Saint Pothin – Immaculée Conception et leur curé le père Patrice Guerre, qui n’a pas manqué de faire des émules. Relayée par certains diocèses, les réseaux sociaux et le bouche à oreille, elle prend de plus en plus d’ampleur à l’approche du 30 novembre, date qui marque le début de la neuvaine. En quelques jours, plus de 3.000 personnes se sont inscrites sur le site dédié pour recevoir chaque jour les méditations.

A l’instar de nombreuses paroisses de Lyon, d’autres clochers et diocèses invitent croyants et non-croyants à se joindre à cette vaste prière adressée à la Vierge Marie. Si des diocèses comme Créteil et Avignon,ou encore des paroisses telle sainte Thérèse à Toulon, incitent leurs fidèles à suivre l’élan lyonnais, d’autres s’y unissent de manière différente : le sanctuaire Notre-Dame de Lourdes et le diocèse de Paris organisent, aux mêmes dates, leur propre neuvaine. Ce qui n’a pas empêché l’archevêque de Paris, Monseigneur Aupetit, de se joindre au mouvement lyonnais. Contacté par Aleteia, le diocèse de Paris confirme qu’au terme de la neuvaine, les Parisiens seront appelés à déposer des lumignons à leurs fenêtres le soir du 8 décembre. Quant à certaines paroisses, comme à Nancy ou à Barberaz (Savoie), elles proposent, physiquement ou à distance, une grande neuvaine de l’Immaculée Conception.

Où que vous soyez, il n’est pas trop tard pour s’engager dans cette grande communion de prière à Marie. Le site « S’il te plaît Marie » met à disposition de nombreux supports de communication pour inviter largement. Dans cet acte d’abandon dans les bras de la Vierge Marie, soyons des milliers, partout en France, à participer à la neuvaine et illuminer la nuit du 8 décembre.

 

Voir les commentaires

S'il te plaît Marie ! Le 8 décembre, partout en France soyons solidaires, déposons des lumignons à nos fenêtres !

28 Novembre 2020, 22:22pm

Publié par Véronique

Le site « S’il te plaît Marie »

Voir les commentaires

Célébration des messes : Déclaration de Monseigneur Dominique Rey - 27 novembre 2020

28 Novembre 2020, 17:31pm

Publié par Véronique

Célébration des messes : Déclaration de Monseigneur Dominique Rey - 27 novembre 2020

Après les annonces du Président de la République et de son Premier ministre, je déplore le mépris de l’État à l’égard des catholiques. En effet, alors que des propositions très sérieuses avaient été présentées au gouvernement pour la reprise publique du culte, ce dernier n’a pas daigné les accepter et a annoncé une insultante jauge de 30 personnes refusant de manière absurde de prendre en compte la taille et la capacité d’accueil des églises.

Beaucoup de chrétiens ont été scandalisés par cette mesure discriminatoire à la fois inacceptable et irréaliste qui nous oblige à un tri sélectif entre les fidèles. L’incohérence et l’injustice des dernières mesures fracturent la société en opposant petits commerçants et grandes surfaces, théâtres et restaurants, activités essentielles et non essentielles.

Face à ce qui apparaît comme une nouvelle atteinte à la liberté de culte, la Conférence des évêques de France et Monseigneur Éric de Moulins Beaufort, son président, ont déposé un référé-liberté devant le Conseil d’État.

J’invite les prêtres du diocèse de Fréjus-Toulon à multiplier les célébrations, la concélébration n’étant pas recommandée. De plus, je permets que l’observation du précepte dominical soit reportée sur les autres jours de la semaine, pour permettre au plus grand nombre d’assister à la messe.

Pour autant, il ne sera pas fait de sélection, de ségrégation, ni de limitation dans le Peuple de Dieu qui se présentera à l’église. Une ferme observance des mesures sanitaires (distance de 4 m2 par personne, gel, masque et gestes barrières) déjà préconisées et appliquées sera de mise. Comme depuis le début de cette crise, je considère que prêtres et fidèles sont des personnes libres et responsables. Je garantis ma protection à ceux qui pourraient être mis en difficulté, certain que l’État ne saurait perturber les offices divins et ceux qui viennent y chercher joie et espérance.

Nous entrons dans l’Avent et préparons la venue du Christ Sauveur. C’est lui que nous souhaitons adorer et retrouver dans l’Eucharistie. Une lumière va bientôt jaillir dans une crèche de Bethléem ; dans cette période d’incertitudes, les chrétiens portent cette immense espérance et gardent tout particulièrement dans leurs prières les malades, notre pays et son gouvernement.

A Toulon, le 27 novembre 2020.

Monseigneur Dominique Rey

SOURCE

Voir les commentaires

Apparition mariale : Notre-Dame d'Akita - Le message apocalyptique lié au 3ème Secret de Fatima.

28 Novembre 2020, 17:02pm

Publié par Véronique

Notre-Dame d’Akita est le vocable sous lequel est invoquée la Vierge Marie qui aurait délivré trois messages à une religieuse japonaise, Sœur Agnès Sasagawa Katsuko les 6 juillet, 3 août et 13 octobre 1973 à Akita au Japon.

À la suite de ces apparitions, une statue de la Vierge Marie fut l’objet de 101 lacrimations inexpliquées entre le 4 janvier 1975 et le 15 septembre 1981. Ces évènements ont été reconnus comme authentiques et dignes de foi par l’évêque de Niigata en 1984 et approuvés par le cardinal Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi en juin 1988.

Elle est ainsi l’une des 16 apparitions mariales officiellement reconnues par l’Église catholique.

Voir les commentaires

Jauge de 30 personnes : les évêques appellent à ne pas discriminer les fidèles et à respecter les gestes barrières

28 Novembre 2020, 16:55pm

Publié par Véronique

En réaction à la confirmation d’une jauge de 30 personnes par célébration, a minima jusqu’au 15 décembre, de nombreux évêques expriment leur incompréhension et détaillent aux curés et aux diocésains les modalités de ce week-end.

L’incompréhension, c’est le sentiment qui domine dans les déclarations des évêques de France, depuis l’annonce des mesures pour la nouvelle phase du confinement qui s’ouvre samedi 28 novembre. Partout en France, les évêques se sont entretenus avec leurs curés afin d’écouter leur ressenti dans la journée de jeudi, après la déclaration du Premier ministre Jean Castex.
« La décision du Premier ministre suscite des sentiments légitimes à la fois d’incompréhension, de déception et de révolte. En même temps, elle ne nous étonne pas de la part de gouvernants qui classent la religion dans le "non-essentiel" », écrit Mgr Pascal Roland, évêque de Belley Ars. Comme lui, de nombreux évêques ont fait le choix d’écrire aux laïcs de leur diocèse.

Multiplier les messes

Ils appellent dans la mesure du possible à multiplier les célébrations de ce week-end. « Lorsque c’est envisageable, le nombre des messes sera multiplié et nous vous invitons à essayer de vous répartir de façon à respecter le mieux possible les règles sanitaires », enjoint Mgr Sylvain Bataille, évêque de Saint-Etienne. Mais les évêques avouent également une limite à l’intensification des offices dominicaux. « On peut proposer des horaires supplémentaires, sans les démultiplier à outrance, explique Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille. Si certains responsables paroissiaux préfèrent attendre une jauge raisonnable, c’est également compréhensible. »

Mgr Eric Aumonier, évêque de Versailles, et son auxiliaire Mgr Bruno Valentin déclarent ne pas pouvoir « demander aux curés l’application de mesures inapplicables compte-tenu du nombre de messes qu’il faudrait ainsi programmer le dimanche dans les églises des Yvelines ».

Contrôle de la jauge

Ainsi, la question du contrôle de la jauge de 30 personnes par assemblée est évoquée par de nombreux évêques. « L’Église ne peut s’engager dans une sélection de fidèles "autorisés" à participer à la messe », écrit-on dans le diocèse de Versailles.
Éviter à tout prix « une discrimination entre les fidèles (…) contraire à la foi catholique », c’est le souhait de Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes. Il souligne : « Chaque fidèle qui le souhaite peut venir dans l’église de sa paroisse pour participer à l’Eucharistie dès ce week-end des 28 et 29 novembre. » Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris indique : « Chacun veillera à limiter le remplissage de son église sans pour autant laisser qui que ce soit à la porte. »
Mgr Norbert Turini, évêque de de Perpignan-Elne, appelle également sur France Bleu les curés et les diacres à « ne pas s’ériger en “comptables” de leurs assemblées dominicales et donc de ne pas rejeter si tel était le cas, la 31e personne et les suivantes qui se présenteraient. » Il affirme en prendre « l’entière responsabilité et si cela s’avère nécessaire j’en répondrai personnellement devant les pouvoirs publics. »
Pour Mgr Didier Berthet, évêque de Saint-Dié, les messes « respecteront l’esprit des instructions gouvernementales, à défaut de pouvoir les appliquer à la lettre ». Les évêques rappellent unanimement l’importance du respect des gestes barrières. Certains s’appuient entre autres sur le protocole communiqué par la CEF au gouvernement - à savoir le port du masque, le gel hydro-alcoolique et 4m2 entre les personnes, citant même la proportion d’un tiers de participants. « Qu’on nous fasse confiance et qu’on ne nous infantilise pas », demande Mgr Jean-Pierre Batut, évêque de Blois.

« Prier pour l’ensemble de la communauté paroissiale »

Les multiples appels des évêques évoquent également le besoin de prier pour les personnes en difficulté ou qui ne peuvent pas se rendre à la messe. Mgr Joseph de Metz-Noblat, évêque de Langres, recommande « aux fidèles qui hésiteraient à aller jusqu’à l’église de rester chez eux, et à ceux qui participeront au rassemblement dominical de respecter tous les gestes barrières (port du masque, usage de gel hydro-alcoolique), en ayant conscience qu’ils prieront pour l’ensemble de la communauté paroissiale ». Il propose « une attention réelle aux personnes fragilisées par le confinement » pendant les célébrations.

Mgr Berthet appelle à ne pas « se replier sur nous-mêmes ». Il évoque les personnes « qui souffrent drastiquement et durablement de la prolongation du confinement ». « L’Eucharistie qui nous rassemblera à nouveau n’aura de sens que si nous rejoignons et portons toutes ces personnes dans notre prière et notre attention fraternelle », écrit-il.

« Être inventifs », « patients et audacieux », « se sentir solidaires », « rester unis » sont entre autres des termes utilisés par les évêques pour enjoindre les catholiques à avancer en communauté.

Alors que la reprise des cultes avec assemblée a lieu à partir de ce samedi 28 novembre 2020, Mgr Jean-Paul James estime incompréhensible la décision du gouvernement de limiter à 30 le nombre de fidèles.

Il appelle cependant prêtres, diacres et fidèles du diocèse de Bordeaux à la responsabilité pour ne pas faire de la messe dominicale un lieu de revendication.

Face à « l’amateurisme et la grande désinvolture », comme Mgr Batut tance, les évêques se tournent vers les prochains jours. Ils espèrent que le référé-liberté déposé au Conseil d'État vendredi 27 novembre par la CEF aboutira. Mgr Pascal Roland invite en outre ceux qui « voudraient faire connaitre leur mécontentement » à écrire à leur député ou au ministre de l'Intérieur.

Les évêques clament aussi leur soutien aux prêtres, qui montrent encore une fois « leur engagement dans cette situation si complexe », mentionne Mgr Sylvain Bataille. Le 15 décembre, la jauge de 30 personnes pourrait évoluer en fonction de la situation sanitaire.

SOURCE

Voir les commentaires